1. " […] J’avais dix-huit ans et j’errais dans ma quête exaltée d’identité, lisant tout partout, en librairie, en bibliothèque, gambadant d’essais en romans, de revues en journaux militants, d’archives en tracts…quand j’ai buté sur cette histoire. Prise au dépourvu, je fus étourdie par ces fragments qui refusaient de s’emboîter, abrutie par l’accumulation d’horreurs, engourdie par un sentiment d’impuissance rétrospective, alourdie par ces fers et entraves d’une fine brutalité technique, engloutie sous la charge de souffrance que dégageait le regard de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes désemparés, regards saisis en ces instants ignobles de la vente sur le marché aux esclaves.
Je m’ébrouai. Hurlant au secours sans le moindre son. Je partis, désespérée, en perquisition. Il me fallait trouver des lueurs, où qu’elles fussent, pour qu’elles m’éclairent, pour avoir raison et des raisons de ne pas m’expulser moi-même d’une espèce humaine aussi désolante. […] Je les ai trouvées parce que je les ai cherchées, obstinément, passionnément. Que serais-je devenue, sinon ? Une boule de haine, recroquevillée sur moi-même, les yeux et l’entendement rivés sur un cliché en noir et blanc figurant un monde monstrueux qui au demeurant, ne fut jamais lisse ni dans la perfection ni dans l’horreur […] 
C’est parce que je veux t’éviter cette traversée de ronces et de rocaille, rude et mutilante, que je viens ” te dire tout ça”. Pour que cette histoire te grandisse au lieu de t’écraser, qu’elle éveille ta conscience plutôt que ta rancoeur. Mon obsession est qu’aucun d’entre vous ne la découvre seul et que toi et ceux qui te ressemblent ne la croisent pas à un moment où vous n’êtes qu’entre vous.
C’est une histoire commune. Elle doit être recueillie comme telle et partagée. Aucun d’entre vous n’est dépositaire d’une seule part, héritier d’un seul camp. Votre génération doit façonner le monde. C’est ensemble que vous le ferez car ce monde sera plus beau si vos rêves s’entremêlent.” 
Christiane Taubira, Mes météores, combats politiques au long cours, Flammarion mars 2012.
Ils en parlent ainsi :
France Guyane, Christiane Taubira : “ma liberté est inestimable”
Le blog de Paul Giacobbi, député de Haute Corse
Le blog d’Alain Serbin , et sa sélection de liens en partage

    " [] J’avais dix-huit ans et j’errais dans ma quête exaltée d’identité, lisant tout partout, en librairie, en bibliothèque, gambadant d’essais en romans, de revues en journaux militants, d’archives en tracts…quand j’ai buté sur cette histoire. Prise au dépourvu, je fus étourdie par ces fragments qui refusaient de s’emboîter, abrutie par l’accumulation d’horreurs, engourdie par un sentiment d’impuissance rétrospective, alourdie par ces fers et entraves d’une fine brutalité technique, engloutie sous la charge de souffrance que dégageait le regard de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes désemparés, regards saisis en ces instants ignobles de la vente sur le marché aux esclaves.

    Je m’ébrouai. Hurlant au secours sans le moindre son. Je partis, désespérée, en perquisition. Il me fallait trouver des lueurs, où qu’elles fussent, pour qu’elles m’éclairent, pour avoir raison et des raisons de ne pas m’expulser moi-même d’une espèce humaine aussi désolante. […] Je les ai trouvées parce que je les ai cherchées, obstinément, passionnément. Que serais-je devenue, sinon ? Une boule de haine, recroquevillée sur moi-même, les yeux et l’entendement rivés sur un cliché en noir et blanc figurant un monde monstrueux qui au demeurant, ne fut jamais lisse ni dans la perfection ni dans l’horreur […]

    C’est parce que je veux t’éviter cette traversée de ronces et de rocaille, rude et mutilante, que je viens ” te dire tout ça”. Pour que cette histoire te grandisse au lieu de t’écraser, qu’elle éveille ta conscience plutôt que ta rancoeur. Mon obsession est qu’aucun d’entre vous ne la découvre seul et que toi et ceux qui te ressemblent ne la croisent pas à un moment où vous n’êtes qu’entre vous.

    C’est une histoire commune. Elle doit être recueillie comme telle et partagée. Aucun d’entre vous n’est dépositaire d’une seule part, héritier d’un seul camp. Votre génération doit façonner le monde. C’est ensemble que vous le ferez car ce monde sera plus beau si vos rêves s’entremêlent.”

    Christiane Taubira, Mes météores, combats politiques au long cours, Flammarion mars 2012.

    Ils en parlent ainsi :

    France Guyane, Christiane Taubira : “ma liberté est inestimable”

    Le blog de Paul Giacobbi, député de Haute Corse

    Le blog d’Alain Serbin , et sa sélection de liens en partage

     
    1. chtaubira a publié ce billet