1. Christiane Taubira invitée du Journal de Public Sénat, ce jeudi 10 mai, journée de commémoration de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions.

    Une édition en direct, en compagnie de Robert Rochefort, député européen du MODEM, également invité de cette édition de 19h00.

    Presque trente minutes d’entretien au cours duquel Michel Grossiord aborde tous les sujets d’actualité : la commémoration et sa valeur pour la République, l’investiture de François Hollande et la constitution imminente du gouvernement, le calendrier des élections et le début de la campagne pour les législatives.

     
  2. Ensemble, nous faisons mémoire


    Digne. Attentif. Tel était le Président de la République élu. C’était ce matin au jardin du Luxembourg. Une présence chargée de sens. Reçue à telle hauteur par ceux qui ont assisté à cette cérémonie de commémoration, où nous faisons mémoire ensemble, interrogeant cette histoire complexe pour lui extorquer ses enseignements sur notre présent, lui emprunter les clés de nos identités improbables, de nos intarissabilités culturelles, de nos fulgurances artistiques; lui dérober les codes qui transportent tant de subtilités dans nos gastronomies rituelles, des queues de cochon au colombo; dans nos danses de combat, du kasé-kò ou du ladja à la capoeira; dans nos superstitions et dans nos entêtements. Nos susceptibilités aussi. D’un continent à l’autre. Car elle ne se livre pas aisément, cette Histoire de millions d’hommes, de femmes, d’enfants arrachés à leur terre, à leurs familles, à leur univers, nés en colonies, abrutis sous le soleil roide de la plantation, fouettés pour insolence, mutilés pour fugue, écartelés pour marronnage, crime de liberté. Elle ne se livre pas aisément, guère au-delà des faits que l’on sait désormais reconstituer. Guère au-delà des chiffres, sur lesquels on s’accorde à peu près. Guère au-delà des lieux, que l’archéologie continue à repérer. Il faut la fouiller, l’amadouer, la bousculer pour l’explorer au tréfonds de ses contradictions, de ses paradoxes, et d’abord celui-ci : comment un système aussi violent, qui plus de quatre siècles durant a emporté dans un implacable maëlstrom trois continents définitivement marqués par le génocide des Amérindiens, la saignée de l’Afrique, la mutation économique de l’Europe et son entâchement philosophique, comment un système aussi dévastateur a-t-il pu générer tant de créativité, tant de générosité, tant de génie dans les techniques, les arts, les modes de vie, dans les savoirs; de si originales solidarités entre Nègres marrons et abolitionnistes européens, de si tenaces idéaux d’égalité. Pulsions de vie. Désespérante espèce humaine, irréductible nature humaine. Corps vaincus, esprits invincibles. Il reste encore tant de mystères à percer, tellement de merveilles à fréquenter, tant d’énigmes à résoudre entre la désinvolture qui se donne à voir, le rire tonitruant, et l’hystérie qui surgit, abruptement, faisant d’un incident, d’une maladresse un opéra dramatique.
    Ce matin, nous avons fait mémoire sur un crime contre l’humanité. Ce fut, c’est un crime contre l’humanité. Parce qu’il visait à détruire au plus intime, l’intégrité de l’être, en l’expulsant de la famille humaine. Parce qu’il porte en lui la destruction de l’humanité. 
    C’est à cette altitude que la loi de 2001 a situé son oeuvre.
    En son article premier, elle donne nom et statut au crime. Au présent. La traite négrière et l’esclavage tels qu’ils furent perpétrés, constituent un crime contre l’humanité.
    Et elle stipule le reste à faire. En son article deux, l’enseignement, la recherche, la coopération. Puis aux articles suivants : une date nationale de célébration, ce 10 mai; un comité pour la mémoire et l’histoire pour agir tout le long; la mobilisation des autres puissances européennes; la reconnaissance universelle.
    Cette année, dix pays européens étaient représentés à notre cérémonie. Plusieurs ambassades de la Caraïbe et d’Afrique étaient également présentes. Et des figures, des personnalités, des références d’autres pans de la mémoire nationale, cette année encore, étaient là, naturellement. Quant à la reconnaissance universelle, elle est inscrite dans la Déclaration de Durban de septembre 2001.
    Toutes les dispositions de la loi sont donc en cours d’application. Ma préférence demeure la connaissance, le savoir, la recherche, la compréhension et le partage. Car à faible dose, cette Histoire est écrasante. Mais plus nous y entrons, plus nous saisissons ses en-dessous, plus nous percevons les infimes ressorts de cette incompréhensible science de la survie, de la résistance, de la lutte pour les libertés, plus nous campons en humanité.
    Et nous regardons, éblouis, le feu d’artifice des langues, des religions, des arts, des savoirs, des rites, des syncrétismes dont le patrimoine commun des hommes s’est alors enrichi.
    No women, no cry !

    Christiane Taubira , le 10 mai 2012

     
  3. La dernière journée de campagne

    Ce vendredi 04 mai, était la dernière journée de cette campagne électorale en vue de l’élection présidentielle 2012.

    Je l’ai passée en Seine Saint Denis. Aulnay-sous-Bois, Aubervilliers, Sevran.

    Les porte-à-porte et les visites de terrain sont les instants qui me réjouissent le plus dans ces campagnes de terrain.

    A mon arrivée à Aulnay, je vous ai rencontrés au marché « la rose des vents », accompagnée  de Daniel Goldberg, de Gérard Ségura et d’Ahmed Laouedj.

    En viste à Aulnay

    ( De g.à d. : Daniel Golberg, député de Seine Saint-Denis, Gérard Ségura maire d’Aulnay-sous-Bois, Ahmed Laouedj président du PRG 93 )

    Je vous l’ai dit : je boude rarement mon plaisir, celui de la rencontre et du partage avec vous m’était à nouveau offert à Aubervilliers à la librairie « Les Mots Passants » pour une séance de dédicace de mon ouvrage ” Mes météores, combats politiques au long cours”

    Vous étiez aussi au rendez-vous place de la mairie pour  notre rassemblement Républicain et Arc-en-Ciel, en présence d’Elizabeth Guigou, députée de Seine Saint-Denis. Avec votre coeur, vous nous avez entendues dire l’urgence ultime d’être tous au rendez-vous ce dimanche 6 mai.

    Rassemblement Aubervilliers

    Le maire de Sevran, Stéphane Gatignon. élu de terrain, engagé, mobilisé m’a accueillie à son tour dans sa ville, la vôtre, aux Beaudottes nous nous sommes souvenus ensemble qu’après la Présidentielle viendraient les législatives.

    Visite aux Beaudottes ( Sevran )

    ( Voir l’article du Parisien )

    Je suis revenue à  Aulnay, je vous au parlé au café du centre social Albatros et j’ai rencontré avec les jeunes créateurs d’entreprise dans les quartiers populaires d’Aulnay l’association creo adam.
    Enfin, votre présence en nombre m’a comblée de joie et d’espoir pour ce 6 mai,  à la  Réunion publique au réfectoire de l’école Croix Rouge en présence du Maire d’Aulnay, de D.Goldberg et du premier secrétaire fédéral du PS

    L’album photo de la journée en Seine Saint-Denis

     
  4. Ce 4 mai 2012 

    Je vais vous dire pourquoi je vote François Hollande les 5 et 6 mai. Du calme. Je ne voterai pas deux fois. Simplement pour les électeurs qui ont le privilège de résider près de l’Equateur, ceux d’Amérique du sud comme moi en Guyane, ceux de la Caraïbe en Martinique et Guadeloupe, ceux d’Amérique du nord, à Saint-Pierre et Miquelon, c’est dès samedi que nous allons changer de destin.  Outremer, quand on aime, on aime, et depuis le 22 avril c’est à coups de 42 et 57% qu’on le dit. Donc, je voterai samedi 5 mai avec mon bulletin, et dimanche 6 mai je voterai avec mon cœur, en macérant dans un profond espoir mâtiné d’angoisse. Je suis d’Amazonie. La nuit, et peut-être le jour, la forêt est peuplée de maskililis, des êtres étranges ayant les pieds à l’envers, dont la distraction première consiste à tromper le voyageur égaré et à l’entraîner vers le fond de la forêt si ce dernier est assez étourdi pour se fier à la direction de leurs pas. Je me dis quand même, après une campagne pareille, il ne reste guère d’étourdis…. Je me le dis, mais un vieux fond de superstition me souffle qu’il faut continuer, jusqu’à la lisière, à l’heure tangente entre vendredi s’éclipsant et samedi s’amorçant, continuer à convaincre, alerter, mobiliser.

    Certes, il a manqué par ci par là, une phrase, sur un sujet ou sur un autre. Ceux qui vivent dans les banlieues auraient aimé réentendre tout ce qu’il leur a dit avec respect aux Ulis, à Aulnay-sous-bois, à Vaulx-en-Velin et ailleurs. Ceux qui font tenir la ruralité auraient savouré de le revoir les écoutant, comprenant le rôle qu’ils jouent dans l’aménagement du territoire, refusant que les services publics désertent, là comme dans les banlieues. Ceux qui ressentent l’urgence de la transition écologique auraient voulu un engagement plus affirmé pour les énergies renouvelables, une position moins tranchée sur le nucléaire. Ceux qui refusent la fatalité des délocalisations auraient aimé un plaidoyer plus enflammé pour la réindustrialisation. Ceux qui savent que la gauche pratique le dialogue et œuvre au progrès social auraient aimé une présentation solennelle de la Conférence sociale prévue en juillet. Ceux qui savent combien la culture recèle de puissance pour éclaircir l’horizon, dégager le cap, accompagner le passage vers un autre temps auraient goûté un plaidoyer pour la créativité et les expressions artistiques. Ceux qui savent le poids géopolitique des Outremers auraient aimé un panorama de leurs potentialités. Nous sommes tous si impatients de sortir du marasme économique, des querelles sociétales, de l’insécurité sociale et publique, des fractures territoriales, des négligences multiples ; si conscients de l’urgence de remettre du liant et de recoudre le lien social, de revigorer le contrat laïc ; que nous aurions voulu qu’il rééditât, en une émission de 170 minutes, d’abord la campagne assidue et prolixe qu’il mène depuis deux ans, puis qu’il entamât une deuxième campagne avec les aspirations de chacun d’entre nous, à hauteur de chacun de nos rêves.

    Mais alors, il n’aurait pas eu le temps de défaire les contrefaçons nombreuses propagées par l’adversaire, ni de répondre du tac au tac aux approximations et aux accusations, ni de démontrer la cohérence de son projet. C’eût été un monologue et nous aurions été privés de ce duel époustouflant : le calme digne et présidentiel face à l’énergie du désespoir.

    Si malgré mes airs très rationnels je n’étais fébrilement et juste pour deux jours encore maladivement superstitieuse, je dirais “Ciao” à celui qui, cinq ans durant, se prit pour un surhomme. Et bienvenue à l’homme sûr.      


    Christiane Taubira, le 4 mai 2012

     
  5. Les tribunes antérieures

     
  6. Autres actualités récentes : Présidentielle 2012