1. Ensemble, nous faisons mémoire


    Digne. Attentif. Tel était le Président de la République élu. C’était ce matin au jardin du Luxembourg. Une présence chargée de sens. Reçue à telle hauteur par ceux qui ont assisté à cette cérémonie de commémoration, où nous faisons mémoire ensemble, interrogeant cette histoire complexe pour lui extorquer ses enseignements sur notre présent, lui emprunter les clés de nos identités improbables, de nos intarissabilités culturelles, de nos fulgurances artistiques; lui dérober les codes qui transportent tant de subtilités dans nos gastronomies rituelles, des queues de cochon au colombo; dans nos danses de combat, du kasé-kò ou du ladja à la capoeira; dans nos superstitions et dans nos entêtements. Nos susceptibilités aussi. D’un continent à l’autre. Car elle ne se livre pas aisément, cette Histoire de millions d’hommes, de femmes, d’enfants arrachés à leur terre, à leurs familles, à leur univers, nés en colonies, abrutis sous le soleil roide de la plantation, fouettés pour insolence, mutilés pour fugue, écartelés pour marronnage, crime de liberté. Elle ne se livre pas aisément, guère au-delà des faits que l’on sait désormais reconstituer. Guère au-delà des chiffres, sur lesquels on s’accorde à peu près. Guère au-delà des lieux, que l’archéologie continue à repérer. Il faut la fouiller, l’amadouer, la bousculer pour l’explorer au tréfonds de ses contradictions, de ses paradoxes, et d’abord celui-ci : comment un système aussi violent, qui plus de quatre siècles durant a emporté dans un implacable maëlstrom trois continents définitivement marqués par le génocide des Amérindiens, la saignée de l’Afrique, la mutation économique de l’Europe et son entâchement philosophique, comment un système aussi dévastateur a-t-il pu générer tant de créativité, tant de générosité, tant de génie dans les techniques, les arts, les modes de vie, dans les savoirs; de si originales solidarités entre Nègres marrons et abolitionnistes européens, de si tenaces idéaux d’égalité. Pulsions de vie. Désespérante espèce humaine, irréductible nature humaine. Corps vaincus, esprits invincibles. Il reste encore tant de mystères à percer, tellement de merveilles à fréquenter, tant d’énigmes à résoudre entre la désinvolture qui se donne à voir, le rire tonitruant, et l’hystérie qui surgit, abruptement, faisant d’un incident, d’une maladresse un opéra dramatique.
    Ce matin, nous avons fait mémoire sur un crime contre l’humanité. Ce fut, c’est un crime contre l’humanité. Parce qu’il visait à détruire au plus intime, l’intégrité de l’être, en l’expulsant de la famille humaine. Parce qu’il porte en lui la destruction de l’humanité. 
    C’est à cette altitude que la loi de 2001 a situé son oeuvre.
    En son article premier, elle donne nom et statut au crime. Au présent. La traite négrière et l’esclavage tels qu’ils furent perpétrés, constituent un crime contre l’humanité.
    Et elle stipule le reste à faire. En son article deux, l’enseignement, la recherche, la coopération. Puis aux articles suivants : une date nationale de célébration, ce 10 mai; un comité pour la mémoire et l’histoire pour agir tout le long; la mobilisation des autres puissances européennes; la reconnaissance universelle.
    Cette année, dix pays européens étaient représentés à notre cérémonie. Plusieurs ambassades de la Caraïbe et d’Afrique étaient également présentes. Et des figures, des personnalités, des références d’autres pans de la mémoire nationale, cette année encore, étaient là, naturellement. Quant à la reconnaissance universelle, elle est inscrite dans la Déclaration de Durban de septembre 2001.
    Toutes les dispositions de la loi sont donc en cours d’application. Ma préférence demeure la connaissance, le savoir, la recherche, la compréhension et le partage. Car à faible dose, cette Histoire est écrasante. Mais plus nous y entrons, plus nous saisissons ses en-dessous, plus nous percevons les infimes ressorts de cette incompréhensible science de la survie, de la résistance, de la lutte pour les libertés, plus nous campons en humanité.
    Et nous regardons, éblouis, le feu d’artifice des langues, des religions, des arts, des savoirs, des rites, des syncrétismes dont le patrimoine commun des hommes s’est alors enrichi.
    No women, no cry !

    Christiane Taubira , le 10 mai 2012

     
  2. La loi Taubira  adoptée définitivement le 10 mai 2001 par le Parlement reconnaît la traite et l’esclavage comme des crimes contre l’humanité. La première journée nationale en mémoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions a été présidée par Jacques Chirac le 10 mai 2006.

    Elle est issue d’une proposition de loi dont Christiane Taubira, députée de Guyane est l’auteur et le rapporteur,  présentée à la tribune de l’Assemblée Nationale le 18 février 1999.

    Je souhaite saluer en notre nom à tous neuf jeunes de Guyane que j’ai invités à venir suivre cet événement et qui constituent une chaîne fraternelle. Ils sont Amérindiens, Bonis, Créoles, Haïtiens, Français “métro”, Chinois pour symboliser les quatre continents qui, en Guyane, construisent au quotidien la fraternité (Applaudissements sur tous les bancs).

    Le sujet dont nous nous sommes emparés n’est pas objet froid d’étude. Parce qu’il s’écoulera encore quelques temps avant que ne s’adoucisse la blessure profonde qu’irrigue une émotivité inassouvie, parce qu’il peut être rude d’entendre décrire certains aspects d’une tragédie longue et terrible ; parce que l’histoire n’est pas une science exacte, mais selon Fernand Braudel “toujours se faisant et se dépassant” ; parce qu’enfin, la République est un combat comme nous l’enseigne Pierre Nora, je veux d’abord dire ce que n’est pas ce rapport.

    Il n’est pas une thèse d’histoire, ne prétend à aucune exhaustivité et ne vise à trancher aucune querelle de chiffres mais reprend les seules données qui ne font l’objet d’aucun litige.

    Ce rapport n’est pas le script d’un film d’horreur, faisant l’inventaire des chaînes, des fers, carcans, entraves, menottes et fouets conçus et perfectionnés pour déshumaniser.

    Il n’est pas non plus un acte d’accusation : la culpabilité n’est pas héréditaire et nos intentions ne sont pas de revanche.

    Il n’est pas requête en repentance. Nul n’aurait l’idée de demander un acte de contrition à la République laïque dont les valeurs fondatrices nourrissent le refus de l’injustice.

    Ce n’est pas un exercice cathartique car les arrachements intimes nous imposent des tenaces pudeurs.

    Il n’est pas non plus une profession de foi car nous aurons encore à ciseler notre cri de foule. Pourtant nous allons décrire le crime, l’oeuvre d’oubli, le silence et dire les raisons de donner nom et statut à cette abomination.

    Dès le début, l’entreprise fut marquée par la férocité. Quinze ans suffirent pour faire totalement disparaître de Haïti ses premiers habitants, les Amérindiens. On en dénombrait 11 millions le long des Amériques en 1519, ils n’étaient plus que 2,5 millions à la fin du XVIème siècle. On justifiait l’entreprise par une mission civilisatrice -sauver des êtres sans âme, assurer le rachat de certains- ou la légitimait par la prétendue malédiction de Cham.

    Mais Aimé Césaire l’a démasqué : très vite le geste décisif est celui de l’aventure et du pirate, de l’épicier en grand et de l’amateur, du chercheur d’or et du marchand, de l’appétit et de la force, avec l’ombre portée et maléfique d’une civilisation qui, à ce moment de son histoire, se sent obligée d’étendre à l’échelle du monde la concurrence de ses économies antagonistes.

    La traite et l’esclavage furent extrêmement violents, les chiffres sont d’une extrême brutalité. Dès 1978 Jean Mettas établit un bilan exhaustif. La France apparaît comme la troisième puissance négrière d’Europe. Elle a pratiqué ce trafic dont les seuls motifs furent l’or, l’argent, les épices. Elle a été impliquée, avec d’autres, dans l’esclavage qui transforme l’homme captif en bête de somme et en fait la propriété d’un autre. Le code noir, valable en droit français pendant plus de deux siècles, affirme que l’esclave est un meuble et que l’affranchi doit un respect singulier à ses anciens maîtres.

    Le commerce triangulaire a duré quatre siècles. Le cap Bocador fut atteint en 1416 ; les premières razzias qui ont laissé des traces datent de 1451, sur le Rio de Ouro.

    Il est vite apparu que les Amérindiens allaient être décimés par l’esclavage, les mauvais traitements, le travail forcé, les épidémies, les guerres de résistance. Le dominicain Bartolomé de Las Casas, qui se proposait de les protéger a suggéré l’importation massive d’Africains réputés plus robustes. Quinze à trente millions de personnes ont subi la traite et l’esclavage, et probablement soixante-dix millions puisqu’on estime que sur un esclave parvenu aux Amériques, quatre sur cinq ont péri sur le trajet jusqu’à la côte, dans les maisons d’esclaves de Gorée, de Ouidah, de Zanzibar et pendant la traversée. Le commerce triangulaire a été pratiqué à titre privé et public pour raison d’Etat. Le système esclavagiste s’organisait autour de plantations domaniales prospères. Jusqu’en 1716 les compagnies de monopole ont écarté l’initiative privée. Puis les lettres patentes du 16 janvier 1716 autorisent les ports de Rouen, Saint-Malo, La Rochelle, Nantes et Bordeaux à pratiquer la traite contre vingt livres par tête de noir importée dans les îles et une exonération de la taxe à l’importation.

    Cette violence et cette brutalité expliquent pour une large part le silence convergent des pouvoirs publics qui voulaient faire oublier et des descendants d’esclaves qui voulaient oublier. Pourtant nous savons le partage des responsabilités, nous savons les complicités d’antan et les défaillances ultérieures. “Ils ont su si bien faire les choses que nous avons tout, nous-mêmes, tout foutu en l’air” hoquetait déjà Léon-Gontran d’Amas.

    Nous sommes ici pour dire ce que sont la traite et l’esclavage ; pour rappeler que le siècle des Lumières a été marqué par une révolte contre la domination des Eglises, une revendication des droits de l’homme, une forte demande de démocratie, mais pour rappeler aussi que c’est entre 1783 et 1791 que le commerce triangulaire a connu son apogée ; que si l’Afrique s’enlise dans le non-développement, c’est aussi parce que des générations de ses fils et de ses filles lui ont été arrachées ; que si la Martinique et la Guadeloupe sont dépendantes de l’économie du sucre, si la Guyane a tant de mal à maîtriser ses richesses naturelles, si la Réunion est forcée à commercer si loin de ses voisins, c’est le résultat direct de l’exclusif colonial ; si la répartition des terres y est aussi inéquitable, c’est la conséquence du régime d’habitation.

    La traite et l’esclavage sont un crime contre l’humanité et les textes juridiques ou ecclésiastiques qui les ont organisés percutent la morale universelle. Ce sont nos idéaux de justice, de solidarité, de fraternité qui nous font dire que le crime doit être qualifié et inscrit dans la loi qui seule dira la parole solennelle au nom du peuple français. Cette parole officielle et durable constitue une réparation symbolique la plus pressante de toutes. Mais elle induit une réparation politique, par la prise en considération des fondements inégalitaires des sociétés d’outre-mer liées à l’esclavage et aux indemnisations des colons après l’abolition.

    Elle suppose également une réparation morale pour mettre en pleine lumière la chaîne de refus de ceux qui ont résisté en Afrique, des esclaves marrons qui ont conduit la résistance aux colonies, de villageois et d’ouvriers français, des philosophes et abolitionnistes. Cette réparation conjugue les efforts pour déraciner le racisme. S’attaquer aux sources des affrontements ethniques, affronter les injustices fabriquées.

    Elle suppose une réparation culturelle notamment par la réhabilitation des lieux de mémoire.

    Peut-être cette irruption est-elle un peu brutale. Mais il y a si longtemps que nous frappons à la porte. Ecoutons Léon Gontran Damas : “Je me sens capable de hurler pour toujours contre ceux qui m’entourent et qui m’empêchent à jamais d’être un homme”. Le dialogue semble amorcé avec les mille précautions de ceux qui savent que souvent les mots charrient plus que ce qu’on leur confie, avec des préliminaires attentifs car nous avons tant de choses à nous dire.

    Mais nous allons cheminer ensemble, dans notre diversité, instruits de la certitude merveilleuse que si nous sommes si différents, c’est parce que les couleurs sont dans la vie comme la vie est dans les couleurs ; conscients aussi que lorsque les cultures et les dessins s’entrelacent, il y a plus de vie et de flamboyance; Nous allons donc continuer à mêler nos dieux et nos saints, nous allons implorer ensemble l’Archange, Echu, Gadu, Quetzalcôatl, Shiva et Marienin (Applaudissements sur tous les bancs).

    Christiane Taubira, 18 février 1999.

    Lire aussi :

    • La loi de 2001 reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité stipule en son article 2 que les programmes scolaires doivent faire à cette histoire la place qui convient à son ampleur et à sa durée. Cette obligation est plutôt respectée, comme l’indique le rapport annuel de l’Institut national de la recherche pédagogique. Outre les prescriptions officielles, il est indispensable que les enseignants disposent de supports pédagogiques de qualité. Je souhaite en recommander deux en particulier : Histoire-Géographie-Education Civique, manuel pour classes de 4ème, éditions Hachette, dirigé par Sandrine Lemaire, remarquable par sa rigueur et sa clarte ; le livret De Nantes aux Antilles, sur les routes des esclaves édité par l’Université de Nantes, l’IUFM Pays de Loire et les Anneaux de la Mémoire Europe Afrique Amériques. Deux ouvrages très stimulants, intelligents et sobrement illustrés
    • Un colloque international "Archéologie de l’esclavage" au musée du quai Branly ( Paris )
     
  3. Notre histoire commune a généré tant de créativité et de réalités humaines nouvelles, c’est que lui consacrer chaque année un temps pour des rencontres, des échanges, des expressions artistiques, des hommages, des projets, c’est commencer à être dans la mesure. C’est peut-être de Sainte Suzanne de la Réunion que s’instaurera un jour un mois de la mémoire…