1. Christiane Taubira invitée du Journal de Public Sénat, ce jeudi 10 mai, journée de commémoration de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions.

    Une édition en direct, en compagnie de Robert Rochefort, député européen du MODEM, également invité de cette édition de 19h00.

    Presque trente minutes d’entretien au cours duquel Michel Grossiord aborde tous les sujets d’actualité : la commémoration et sa valeur pour la République, l’investiture de François Hollande et la constitution imminente du gouvernement, le calendrier des élections et le début de la campagne pour les législatives.

     
  2. Ensemble, nous faisons mémoire


    Digne. Attentif. Tel était le Président de la République élu. C’était ce matin au jardin du Luxembourg. Une présence chargée de sens. Reçue à telle hauteur par ceux qui ont assisté à cette cérémonie de commémoration, où nous faisons mémoire ensemble, interrogeant cette histoire complexe pour lui extorquer ses enseignements sur notre présent, lui emprunter les clés de nos identités improbables, de nos intarissabilités culturelles, de nos fulgurances artistiques; lui dérober les codes qui transportent tant de subtilités dans nos gastronomies rituelles, des queues de cochon au colombo; dans nos danses de combat, du kasé-kò ou du ladja à la capoeira; dans nos superstitions et dans nos entêtements. Nos susceptibilités aussi. D’un continent à l’autre. Car elle ne se livre pas aisément, cette Histoire de millions d’hommes, de femmes, d’enfants arrachés à leur terre, à leurs familles, à leur univers, nés en colonies, abrutis sous le soleil roide de la plantation, fouettés pour insolence, mutilés pour fugue, écartelés pour marronnage, crime de liberté. Elle ne se livre pas aisément, guère au-delà des faits que l’on sait désormais reconstituer. Guère au-delà des chiffres, sur lesquels on s’accorde à peu près. Guère au-delà des lieux, que l’archéologie continue à repérer. Il faut la fouiller, l’amadouer, la bousculer pour l’explorer au tréfonds de ses contradictions, de ses paradoxes, et d’abord celui-ci : comment un système aussi violent, qui plus de quatre siècles durant a emporté dans un implacable maëlstrom trois continents définitivement marqués par le génocide des Amérindiens, la saignée de l’Afrique, la mutation économique de l’Europe et son entâchement philosophique, comment un système aussi dévastateur a-t-il pu générer tant de créativité, tant de générosité, tant de génie dans les techniques, les arts, les modes de vie, dans les savoirs; de si originales solidarités entre Nègres marrons et abolitionnistes européens, de si tenaces idéaux d’égalité. Pulsions de vie. Désespérante espèce humaine, irréductible nature humaine. Corps vaincus, esprits invincibles. Il reste encore tant de mystères à percer, tellement de merveilles à fréquenter, tant d’énigmes à résoudre entre la désinvolture qui se donne à voir, le rire tonitruant, et l’hystérie qui surgit, abruptement, faisant d’un incident, d’une maladresse un opéra dramatique.
    Ce matin, nous avons fait mémoire sur un crime contre l’humanité. Ce fut, c’est un crime contre l’humanité. Parce qu’il visait à détruire au plus intime, l’intégrité de l’être, en l’expulsant de la famille humaine. Parce qu’il porte en lui la destruction de l’humanité. 
    C’est à cette altitude que la loi de 2001 a situé son oeuvre.
    En son article premier, elle donne nom et statut au crime. Au présent. La traite négrière et l’esclavage tels qu’ils furent perpétrés, constituent un crime contre l’humanité.
    Et elle stipule le reste à faire. En son article deux, l’enseignement, la recherche, la coopération. Puis aux articles suivants : une date nationale de célébration, ce 10 mai; un comité pour la mémoire et l’histoire pour agir tout le long; la mobilisation des autres puissances européennes; la reconnaissance universelle.
    Cette année, dix pays européens étaient représentés à notre cérémonie. Plusieurs ambassades de la Caraïbe et d’Afrique étaient également présentes. Et des figures, des personnalités, des références d’autres pans de la mémoire nationale, cette année encore, étaient là, naturellement. Quant à la reconnaissance universelle, elle est inscrite dans la Déclaration de Durban de septembre 2001.
    Toutes les dispositions de la loi sont donc en cours d’application. Ma préférence demeure la connaissance, le savoir, la recherche, la compréhension et le partage. Car à faible dose, cette Histoire est écrasante. Mais plus nous y entrons, plus nous saisissons ses en-dessous, plus nous percevons les infimes ressorts de cette incompréhensible science de la survie, de la résistance, de la lutte pour les libertés, plus nous campons en humanité.
    Et nous regardons, éblouis, le feu d’artifice des langues, des religions, des arts, des savoirs, des rites, des syncrétismes dont le patrimoine commun des hommes s’est alors enrichi.
    No women, no cry !

    Christiane Taubira , le 10 mai 2012