1. L’Algérie et les outremers

    9 mars 1962, entrent en application les Accords d’Evian signés la
    veille entre le gouvernement français, Michel Debré premier ministre, et
    le GPRA, gouvernement provisoire de la République algérienne représenté
    pas son vice-président Krim Belkacem, membre éminent du FLN.

    19 mars 1946, le Parlement français transforme les ‘4 vieilles colonies’
    de Guyane, Martinique, Guadeloupe et Réunion en Départements français
    d’Outremer, rapporteur Aimé Césaire.

    19 mars 2012. Ni cinquantième ni soixante-sixième anniversaire. Motus.

    Et d’ailleurs, quel rapport ?

    L’une des grandes victoires politiques et diplomatiques des combattants
    algériens consiste à avoir maintenu l’intégrité de leur territoire,
    alors que la France espérait conserver le Sahara. Et pour cause. Elle y
    avait installé sa base militaire et sa base spatiale. Entre 1964 et
    1966, par décrets de Georges Pompidou, premier ministre, la base
    nucléaire de Reggane et In Ecker est déménagée du Sahara à la Polynésie
    française ; la base spatiale d’Hammaguir (Hammada du Guir) est
    transférée en Guyane.

    C’est donc à l’intérieur de son ancien empire colonial que la France
    déplace les bases qui feront d’elle une puissance nucléaire et une
    puissance spatiale.

    C’est d’Algérie en Polynésie qu’elle se dotera de la dissuasion nucléaire.

    C’est d’Algérie en Guyane qu’elle entraînera plus de la moitié des pays
    européens dans l’aventure spatiale et qu’elle établira une coopération
    avec la Russie.

    De même qu’aujourd’hui ce sont les Outremers qui en font la 2^ème
    puissance maritime après les Etats-Unis (sinon elle serait au 45^ème
    rang). Là que se trouvent 90% de ses hots spots de biodiversité. Ainsi
    que ses principaux sites pour la 3^ème révolution industrielle, en
    Guyane pour l’or et le pétrole, en Nouvelle-Calédonie pour le nickel.

    Comme pour tout évènement majeur, ces deux 19 mars ne résument pas tout.
    En Algérie, il n’a pas mis fin aux attentas de l’OAS, pas réglé la
    situation des Harkis, pas empêché l’exode des Pieds-Noirs. En France il
    n’a apaisé ni les esprits ni la relation aux ‘Arabes’.

    Dans les vieilles colonies, il n’a surtout pas apporté l’égalité
    annoncée. Et la liberté y est restée longtemps encore en résidence
    surveillée.

    Pour autant, n’y a-t-il rien à en dire ?

    L’Algérie serait-elle la même 50 ans plus tard. La France ne serait-elle
    concernée que par les contrats de gaz naturel ?

    Les Outremers rayonnent* *dans les Amériques et les Caraïbes, dans
    l’océan indien, et dans le Pacifique, sur un territoire aussi vaste que
    celui de l’Union européenne. Ce rayonnement oblige. Au moins à
    comprendre qu’il s’agit d’hommes, de femmes, de jeunes emportés dans une
    foisonnante créativité ; de territoires où se tissent chaque jour une
    extraordinaire expérience de convivialité.

    Les Outremers sont l’illustration de la laïcité comme principe de
    concorde. Les origines, les sensibilités, les croyances, les cultures,
    les accents s’y mêlent et s’enrichissent.

    En se penchant juste légèrement vers la jeunesse d’Algérie et celles des
    Outremers, on cueille une étourdissante bouffée d’optimisme. Pas du
    luxe, par les temps qui courent.